Focus n°2 : la géomatique en Nouvelle-Calédonie

En 2011, la Direction des technologies et des systèmes d’information (DTSI) du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a mené une étude sur « le potentiel économique de la géomatique » afin de démontrer l’importance de la collecte et de l’exploitation des données géospatiales dans 10 secteurs d’activités du territoire. L’Observatoire Numérique NC valorise cette étude dans la collection FOCUS pour montrer comment les professionnelsutilisent la géomatique pour faciliter leur travail quotidien, optimiser la productivité de leur exploitation ou encore créer de nouveaux services dématérialisés.

Si la géomatique a longtemps été un domaine d’experts, elle se démocratise avec le développement d’équipements mobiles (smartphone, tablettes, montres intelligentes) et d’applications géolocalisées. Cette démocratisation se traduit dans de nombreux pays par l’ouverture des données (« open data »). Tout usager peut désormais ajouter de l’information sur une autre, l’enrichir, l’actualiser, la transformer même. Le partage des données révolutionne à la fois la façon d’aménager le territoire, de produire, de surveiller les risques sanitaires et environnementaux et surtout cela amène à créer de nouveaux services innovants sur le web ou à partir d’applications téléchargeables.

Désormais, la géomatique offre aux professionnels calédoniens et aux usagers de nouvelles opportunités d’amélioration de leur vie quotidienne.

Focus n°2 : la géomatique en Nouvelle-Calédonie